Les clés de compréhension de Cryfe™ “Authentic Behavior”

Si tu veux connaître quelqu'un, n'écoute pas ce qu'il dit, mais regarde ce qu'il fait

Dalai Lama

Comprenez si les signaux audio et visuels émis par votre interlocuteur concordent (sont en congruence) ou non. L’analyse de la congruence effectuée par Cryfe™ permet de souligner les points clés de l’entretien sur lesquels revenir, d’approfondir la réflexion et d’affiner la compréhension.


Lecture et analyse comportementales

Le profiling, soit la lecture et l’analyse comportementales, se base sur les signaux émis par l’humain à un instant précis lors de toute communication interpersonnelle, afin d’établir la congruence ou l’incongruence entre ceux-ci.


Les signaux

Nous communiquons grâce au langage verbal, soit à travers des signaux audio. Toutefois, nous utilisons, en priorité et parfois même à notre insu, le langage non verbal ou langage corporel, soit des signaux visuels.

Cryfe™ détecte tous les signaux visuels tels que les émotions ressenties par votre interlocuteur, que ce soit sur son visage ou sur son corps (comme par exemple les expressions faciales exprimant les émotions et toutes les gestuelles de confort, de pacificateur ou d’inconfort).

Cryfe™ retranscrit les phrases prononcées et les interprète afin de savoir si elles sont positives ou négatives. Cryfe™ entend également la voix et en décode la tonalité et l’énergie.


La congruence

La congruence signifie l’adéquation entre ce que l’on pense, ce que l’on dit (audio) et ce que l’on fait (visuel). Les signaux convergent alors en synchronie.

Détecter la congruence est intéressant dans toute forme de communication, car cela signifie que notre interlocuteur, ou nous-mêmes, sommes authentiques.

Une personne authentique est impactante et génère chez l’autre un sentiment de confiance.

Il est donc essentiel de mettre notre interlocuteur en sécurité (confort), afin qu’il puisse être en congruence et ainsi nous montrer sa vraie personnalité.


L’incongruence

L’incongruence correspond à l’inadéquation entre les signaux émis, soit la non-synchronie entre ce que nous pensons, disons et faisons.

L’incongruence perçue chez notre interlocuteur, de manière consciente ou inconsciente, génère une non-confiance, une méfiance envers celui-ci. Il nous semble alors non crédible.

L’incongruence joue également un rôle sur notre perception de l‘autre : si nous nous méfions ou doutons de notre interlocuteur, cela peut finalement l’influencer. Notre propre perception peut ainsi déclencher encore plus de signes d’inconfort ou de malaise auprès de notre interlocuteur.

Détecter une incongruence représente le début du processus d’analyse. Une fois signalée, il s’agit de tenter de la comprendre, afin de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse d’incongruence. Pour ce faire, il sera primordial de faire parler le langage corporel de l’interlocuteur, qui est 100% authentique. En effet, un simple questionnement risquera de conditionner notre interlocuteur, sans pouvoir avoir accès à la cause derrière l’incongruence.

En complément au logiciel Cryfe, nous avons ainsi développé une méthode unique pour faire parler ce langage corporel : la méthode VIP© (Validation Incongruence Practice), qui permet de placer l’aspect humain au centre de toute analyse.


Les biais cognitifs

Afin d’observer l’autre de manière éthique, il est nécessaire de comprendre que nos biais cognitifs, même inconscients, peuvent filtrer et interpréter ce que nous pensons être la réalité.

Les biais cognitifs proviennent de notre cerveau, avec ses propres freins et limites. Ce sont des erreurs de perception ou de mémorisation. Nous sommes constamment sous l’influence de nos biais cognitifs, parce que notre cerveau procède par raccourcis mentaux intuitifs, appelés heuristiques.


Exemple de biais cognitifs que Cryfe™ permet de mettre en lumière et d’éviter

  • Le biais de recrutement, par exemple, nous fait engager des personnes qui nous ressemblent, diminuant ainsi la diversité dans les équipes.
  • Le biais de confirmation, soit de ne voir que ce que l’on veut voir, peut nous faire passer à côté de talents potentiels.
  • Le biais de gestion de perception, soit le fait que notre pensée peut influencer le comportement d’autrui, peut engendrer une mauvaise interprétation des signaux émis par notre interlocuteur.